Laurent Baziller

logo des fortifs

LES FORTIFS


8- Le chantier de l’entre-deux-guerres

Démolition des fortifications et reconstruction d’immeubles (HBM), porte d’Orléans.

Ce serpent continu de lourds bâtiments de briques rouges « ceinturant Paris de 30 kilomètres de honte », selon la formule de Le Corbusier.


Agrandir
La porte de Saint-Ouen et les boulevards Bessières et Ney, Saint-Ouen, XVIIe
La porte de Saint-Ouen et les boulevards Bessières et Ney, Saint-Ouen, XVIIe XVIIIe

L’aménagement des fortifications donne naissance à de nouveaux opérateurs. La ville de Paris, par exemple à la porte d’Orléans (voir visuel ci-dessus) crée un nouvel opérateur : la Régie Immobilière de la Ville de Paris (RIVP) pour associer le capital privé à l’opération. Des dizaines de milliers de logements sont construits par une autre société d’économie mixte, la Société Anonyme de Gestion Immobilière (SAGI) qui les confie tous à un seul architecte : Louis-Clovis Heckly, l’architecte qui a construit le plus de logements à Paris au XXe siècle.

Agrandir
Porte de Vanves, Jean Texcier, années 30
Porte de Vanves, Jean Texcier, années 30

Les fortifications de Thiers furent obsolètes dès leur construction et les programmes de grands travaux, lancés par les gouvernements successifs en 1934, 1935 et 1936 pour lutter contre le chômage ne firent rien pour le logement. Au total, la Ville de Paris, en vingt ans, aura réalisé 50 000 habitations à bon marché et 20 000 habitations à loyer moyen. Piètres résultats comparés aux 120 000 logements construits à Berlin, ou aux 250 000 construits à Londres, pendant la même période.

Agrandir
Le Corbusier, Plan Voisin pour Paris (rive droite), 1925
Le Corbusier, Plan Voisin pour Paris (rive droite), 1925

En 1933, Le Corbusier dénonce dans La Ville radieuse : « les trop fameuses HBM des fortifications, désastre archi­tectural et désastre urbanis­tique, monstres créés à la barbe de la population et du pays. On reste stupéfait ! Personne ne proteste ! Des milliers de familles se sont encavées dans ces taudis tout neufs. Des milliers de familles ne verront jamais le soleil ! » Si Le Corbusier pouvait se permettre, à l’époque, de s’indigner contre l’urbanisme des HBM en le comparant à ses propres projets, combien plus hygiénistes et plus rationnels, aujourd’hui la comparaison tourne­rait sans doute à son désavantage : la monstruosité a changé de camp ! En 1933, Le Corbusier considère encore que Paris peut vivre dans la limite de ses fortifs : « Il est fou d’aller en banlieue, d’équiper la banlieue, de consentir l’effroyable gaspillage des banlieues, d’imposer le martyre des banlieusards à deux millions d’habitants. Il faut rentrer en ville. Telle est la tendance et non pas celle de l’exode. »

Agrandir
HBM boulevard des Maréchaux, Paris - Robert Doisneau, 1936
HBM boulevard des Maréchaux, Paris - Robert Doisneau, 1936

Blaise Cendrars décrit en 1949 dans La Banlieue de Paris ces logements : « Peut-on imaginer quelque chose de plus désespérant que ces logements de deux pièces, trois pièces entassés les uns sur les autres jusqu’au septième étage à raison de deux, trois douzaines de portes par palier dans des couloirs interminables, ces paquets de grands immeubles en redans construits avec un matériau préfabriqué qui ressemble à du carton-pâte ou à du papier mâché (j’entends bien du papier hygiénique mâché après usage), ces îlots où plus rien n’est français, sauf la voix des bandes de gosses rivaux qui se chamaillent le soir au fond des cours, les petits bébés qui crient toute la nuit, faisant les dents, ayant les vers, et ce sont leurs pleurs inextinguibles qui percent cloisons et façades et, le matin, à l’heure de la radio, les ménagères s’agonisent de balcon à balcon en secouant leur literie, des mégères qui se crêpent le chignon au marché. Il y a encore le bruit des poubelles qui est bien de chez nous, sinon on se croirait en Tchécoslovaquie tant tout cela est rationalisé d’une façon primaire. »
Réaction populaire et littéraire assez violente, même si beaucoup de gens arrivent à se loger grâce à ces ensembles auxquels participe Le Corbusier qui dénonce les « 30 kilomètres de honte ». Il est possible qu’il trouve surtout honteux qu’on ne lui ai pas passé commande.

Agrandir
Coincé entre la porte de Pantin et celle du Pré Saint-Gervais, le parc de la Butte du Chapeau Rouge
Coincé entre la porte de Pantin et celle du Pré Saint-Gervais, le parc de la Butte du Chapeau Rouge

Entre les ensembles d’habitation et sur les terrains de la zone et parfois de l’enceinte, sont aménagés un certain nombre de jardins comme le parc de la Butte du Chapeau Rouge (voir ci-contre), élaboré par Léon Azéma dans le XIXe arrondissement, le square Kellermann élaboré par Jacques Gréber, (architecte-paysagiste-urbaniste) au moment de l’exposition universelle de 1937. Il y a aussi quelques opérations singulières comme la Cité Universitaire ou le Parc des Expositions de la porte de Versailles qui est monté par une autre société d’économie mixte de la Ville de Paris. Ce qui est important ici, c’est la dimension expérimentale de cet espace qu’on a du mal à concevoir aujourd’hui. On y invente certaines architectures, mais aussi des techniques de gestion. On y invente des modalités de transformation et de modernisation de la ville.

Agrandir
Les immeubles « Walter » construits en 1931 par Jean Walter dans le 16e arrondissement sont classés aux Monuments historiques
Les immeubles « Walter », 1931

Ce qui se passe à l’ouest est singulier et intéressant. À la hauteur de Boulogne-Billancourt, sont construits des équipements sportifs (le Parc des Princes, le stade Jean Bouin, la piscine Molitor). Ici, pas de logements sociaux, notamment dans la partie nord, entre la ville et le Bois de Boulogne, mais des logements de très bonne qualité construits par la SAGI et l’inévitable Heckly, des jardins encore plus beaux à la hauteur de la porte de La Muette, bref, des ensembles de logements magnifiques construits par l’architecte Jean Walter, l’architecte de l’hôpital Beaujon.

Agrandir
Les fontaines monumentales symbolisant les sources de la Seine, couvertes de bas-reliefs sculptés en 1936 par Paul Landowski
Les fontaines monumentales, 1936

La porte Saint-Cloud est un autre point singulier, où voisinent des immeubles de la RIVP (des HBM améliorées pour la classe moyenne) de même gabarit et à l’intérieur de Paris. Les deux fontaines monumentales sont un des grands exemples monumentaux réalisés pour l’Exposition Universelle de 1937 symbolisant les sources de la Seine du sculpteur Paul Landowski (dont l’œuvre la plus célèbre est le Corcovado de Rio de Janeiro). Elles marquaient l’entrée d’une des annexes de l’Exposition Universelle, consacrée aux sports et à la chasse.

Agrandir
Né en 1922, ce projet théorique, jamais réalisé d’immeubles-villas est une composante importante des recherches de Le Corbusier et son cousin Pierre Jeanneret sur la superposition des logements et le jumelage des maisons verticales
Projet jamais réalisé d’immeubles-villas de Le Corbusier, 1922

Un projet emblématique de 1922, pensé initialement pour la ceinture, celui de Le Corbusier pour un immeuble villas dans lequel il essaye d’insérer à l’intérieur d’un grand immeuble collectif des logements dotés chacun d’un jardin. Parce que ce n’est que sur la ceinture, en 1922, que des terrains de 200 mètres de longueur par 50 de largeur sont disponibles. Il rêvera aussi pour l’exposition de 1937 de créer un gratte-ciel cartésien sur le bastion Kellermann (à la place de l’actuel Stade Charletty), meilleur stratégie, selon lui, pour préserver le bastion n° 84, dominant la Poterne des Peupliers.

Agrandir
Projet d’aménagement de la porte Maillot, rebaptisée Place de la Victoire, auquel participa notamment Henri Sauvage qui proposa ces deux immeubles d’habitation pyramidaux, 1931
Projet d’aménagement de la porte Maillot, auquel participa Henri Sauvage avec ces deux immeubles pyramidaux, 1931

Endroit symbolique intéressant : la porte Maillot qui croise le Grand Axe qui relie Paris à l’ouest (de l’Étoile à La Défense) dont l’aménagement est étudié à cette période. L’entrée des terrains du Luna Park se trouve depuis le début du XXe siècle dans une partie de la zone et sur lesquels en 1930 un concours important est organisé pour lequel Le Corbusier imagine d’encadrer l’avenue de La Grande Armée par des gratte-ciels posés sur un échangeur autoroutier. C’est une des premières formulations de l’idée d’une autoroute périphérique de Paris raccordée aux voies existantes.

Le projet d’Auguste Perret, celui d’une espèce de couronne de gratte-ciel qui encadrerait l’avenue de La Grande Armée est encore plus lyrique.

Une exception dans les HBM : le square Montsouris (XIVe).

Agrandir
L’architecture du square Montsouris se décline en fantaisie Art Nouveau ou Art Déco, selon des lignes classiques, un graphisme moderne ou encore une silhouette résolument contemporaine
L’architecture du square Montsouris se décline en fantaisie Art Nouveau ou Art Déco, selon des lignes classiques, un graphisme moderne ou encore une silhouette résolument contemporaine

Le parc Montsouris a donné son nom actuel à l’ancien quartier du Petit Montrouge dont les territoires faisaient partie des villages annexés à Paris sous le Second Empire. À proximité, le square Montsouris, allée résidentielle longue de 207 mètres, pavée et abondamment fleurie, bordée de jolies maisons de ville construites au début des années 20. Le lotissement est composé de 62 villas construites à partir de 1923. Réalisées par l’architecte Jacques Bonnier, 28 d’entre elles en briques rouges ou ocres étaient à l’origine des HBM de 1874 à 1949. Aux logements sociaux, ce sont ajoutés dans le même temps des initiatives particulières rivalisant d’originalité. À la création de la rue, ouvriers et artistes - peintres, sculpteurs, écrivains - cohabitent donnant au quartier une tonalité singulière, un dynamisme vigoureux qui a fait place de nos jours à un certain embourgeoisement.