Aller au contenu

15-Les vestiges

Quelques vestiges de l’enceinte de Thiers restent visibles.

Le privilège de marcher sur Le mur près des anciens magasins des décors de l’Opéra, aujourd’hui…

Le mur aujourd’hui

Ce mur murant Paris ne rend plus Paris murmurant depuis longtemps.

Outre la rue militaire qui est devenue les boulevards des Maréchaux, quelques vestiges des fortifications subsistent encore aujourd’hui. Certains ne sont pas visibles comme cette base de l’escarpe nord du bastion n° 54 mis à jour dans le poste de transformation souterrain Foch, boulevard de l’Amiral Bruix.

D’autres vestiges n’apparaissent que sous la forme d’une rue qui épouse parfaitement le tracé de l’ancien bastion n° 76, comme dans la rue du Général Humbert, dans le XIVe arrondissement.

Cultiver la mémoire

Rechercher la moindre trace de ces enceintes nous permet de montrer notre attachement à ces ouvrages défensifs (et fiscaux) que l’on voudrait protéger et mettre en valeur.

À l’heure du Grand Paris, où les limites de la ville sont remises en question, devra-t-on également préserver le boulevard périphérique appelé à son tour à devenir un marqueur historique de l’emprise de la ville ?

Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress

Le bastion n° 1 que l’on peut encore parcourir à pied

Quelques vestiges

Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress

La poterne des Peupliers. Par Charles Lansiaux, 1919

La poterne des Peupliers, aujourd’hui

Signalisation au dessus de l’ancien lit de la Bièvre, 5 rue Monge (Ve)

Canalisation à travers les fortifications Par Hugo Clement

« Il faut toujours se méfier des enceintes historiques dans la capitale.
Même détruites, leurs vestiges ensevelis, elles finissent souvent par se rappeler au bon souvenir du Paris d’aujourd’hui. »

Françoise Dargent, journaliste

En 1985, pendant des travaux sur le réseau électrique, c’est le bastion 54 de l’enceinte de Thiers qui est mis au jour place du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, XVIe. Preuve que quand il n’était pas nécessaire de démolir jusqu’aux fondations ou au fond des fossés, de grandes parties des fortifications sont susceptibles d’apparaître, à peu de profondeur sous le niveau de sol actuel.

Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress

Pont de Flandre, porte de la Villette (ou de Flandre), vers Paris (XIXe). Par Charles Lansiaux, 1919

Flanc du bastion n° 28 porte de la Villette, aujourd’hui

Une pierre datée de 1842, du bastion n° 82 dans les jardins de la fondation Deutsch de la Meurthe

Le bastion n° 1, porte de Bercy, vue depuis la pente au-dessous du boulevard Poniatowski

Poste-caserne du bastion n° 14, boulevard Davout, XXe. Par Charles Lansiaux, 1920

Poste-caserne du bastion n° 14, boulevard Davout, XXe, aujourd’hui

Poste-caserne du bastion n° 17, boulevard Mortier, XIXe. Par Charles Lansiaux, 1920

Poste-caserne du bastion n° 17, boulevard Mortier, XIXe, aujourd’hui

Poste-caserne du bastion n° 11, boulevard Lefebvre, XVe. Par Charles Lansiaux, 1920

Poste-caserne du bastion n° 11, boulevard Lefebvre, XVe, aujourd’hui

Caserne d’octroi, porte d’Arcueil et l’aqueduc de La Vanne. Par Eugène Atget, 1923

Caserne d’octroi, porte d’Arcueil et l’aqueduc de La Vanne, aujourd’hui

Chalet néogothique du garde porte d’Auteuil, octroi de Boulogne, XVIe. Par Jules-Adolphe Chauvet, 1891

Chalet du garde porte d’Auteuil, octroi de Boulogne, XVIe, aujourd’hui

Le bastion n° 45 (parement extérieur) dans le jardin Claire-Motte, rue Albert-Roussel (XVIIe) a simplement été remblayé à mi-hauteur lors du démantèlement de l’enceinte de 1840. Il n’a donc jamais totalement disparu et a d’ailleurs longtemps préservé une zone qualifiée par divers auteurs de « cour des Miracles ». Il a servi de mur de soutènement aux magasins des décors de l’Opéra Comique, et se trouve au cœur de l’îlot confié à Christian de Portzamparc, à la limite entre le boulevard Malesherbes et le boulevard périphérique.

Ce vestige propose un passé à ces terrains nouvellement aménagés en dégageant des fondations sur près de quatre mètres, et en laissant apparaître dans le revêtement de sol les contreforts maçonnés qui scandent l’arrière du bastion.

Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress

Bastion n° 45, boulevard Berthier, XVIIe, vers Paris. Par Charles Lansiaux, 1920

Parement extérieur du Bastion n° 45, Jardin Claire Motte, rue Albert Roussel, (XVIIe)

Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress

Transport d’un rideau de fond des magasins des décors de l’Opéra, boulevard Berthier, à l’Opéra de Paris, 1905

Le bastion n° 44 et les ateliers Berthier, aujourd'hui

Le bastion n° 44 derrière les ateliers Berthier (ex entrepôt de décors de spectacle construit en 1895 par Charles Garnier pour l’Opéra de Paris). La salle des Ateliers Berthier, située boulevard Berthier (XVIIe), a été transformée en salle provisoire à l’Odéon en 2003.

Je voyais autrefois ce long mur remblayé à mi-hauteur, du train, en direction de la gare Saint-Lazare. C’est ainsi que j’ai découvert les fortifications !

Contreforts, parement et fondation du mur et de la courtine reliant les bastions nos 25 et 26, avenue Jean-Jaurès (XIXe). Les vestiges mis au jour ont confirmé la présence de la face septentrionale du bastion identifié comme le n° 25, de la courtine le reliant au bastion n° 26, et des contreforts qui les scandent à l’arrière côté ville. La totalité du terre-plein défensif a disparu et la muraille apparaît conservée sur 4 mètres de hauteur (sur un total de 10). Il a pu être constaté que les travaux de démolition du rempart se sont bornés à retirer une hauteur de maçonnerie suffisante pour araser le terre-plein. Le reste du dispositif observable est limité au fossé. Pour la première fois, l’agencement de la base de la muraille a pu être étudié.

Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress

Contreforts de la courtine à la hauteur du Bastion n° 25, avenue Jean-Jaurès (XIXe)

Parement et fondation de la courtine à la hauteur du Bastion n° 26, avenue Jean-Jaurès (XIXe)

Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress

Porte de Montempoivre (XIIe). Par Emmanuel Marie-Joseph Léon Pottier, 1902

Porte de Montempoivre (XIIe) par la coulée verte René Dumont, aujourd’hui

Poterne de Montempoivre entre les bastions nos 7 et 8. Cette petite porte permettait le passage de la ligne de Petite Ceinture mise en service en 1863. Ce passage du chemin de fer de Vincennes a laissé place à la coulée verte René Dumont en tranchée d’où l’on peut encore admirer les tunnels, par lesquels sortaient les trains de Paris à travers les fortifications sous le boulevard Soult, pour déboucher sur Saint-Mandé.

Les deux courtines des quais de la Charente et de la Gironde le long du canal Saint-Denis sous le boulevard Macdonald permettaient le passage fluvial à travers les fortifications.

Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress

Pont sur le canal Saint-Denis, près des fortifications, en direction du Nord, XIXe arrondissement, entre 1866 et 1878, Musée Carnavalet Par Augustin-Hippolyte Collard

Canal Saint-Denis, quai de l'Allier, aujourd’hui

La Barrière des Deux Moulins

Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress

Barrière des Deux Moulins (ancien village des Deux-Moulins, village d’Austerlitz en 1806, Ivry en 1818, puis partie du XIIIe arrondissement en 1860. Par Léopold Flameng, 1859

Le chemin qui y mène, — c’est-à-dire les quelques rues qui partent du boulevard de l’Hôpital et aboutissent à la barrière des Deux-Moulins, — est bordé de maisons basses, bâties comme pour l’amour de Dieu, avec un peu de plâtre et beaucoup de boue. Cela ressemble plus à des huttes de Lapons qu’à des habitations de civilisés : maisons de petites gens, en effet, que ces maisons-là !
Tout ce quartier, d’ailleurs, a une physionomie bien tranchée, — si tranchée même qu’on ne dirait pas qu’il fait partie du Paris de 1859, du Paris élégant, du Paris de la Chaussée-d’Antin, du Paris de Notre-Dame de Lorette. C’est le jour et la nuit, c’est la soie et la bure, l’eau de lavande et l’eau de ruisseau. Les habitants de ce pays-là ne s’occupent pas des habitants des autres pays, — je veux dire des autres quartiers. Ils ont leurs mœurs à part, leur besogne à part, leurs peines à part, — et aussi leurs plaisirs.
Ainsi, quand vient le dimanche, toute cette population de tanneurs et de chiffonniers, de blanchisseuses et de cotonnières, se débarbouille un peu, s’attife, se pomponne, se pimpreloche, et tout cela, — femmes, enfants et vieillards, — se répand dans les guinguettes d’alentour, chez les brandeviniers de la barrière de Fontainebleau et de la barrière des Deux-Moulins. Les jeunes, mâles et femelles, vont « pincer un rigodon » à la Belle-Moissonneuse ; les vieux et les autres vont chez Aury ou chez Flamery, les Richefeu et les Desnoyers de ces parages.
Beaucoup aussi vont chez la Mère Marie, — un marchand de vin qui vit sur une vieille réputation.
Ce cabaret-là est plus engageant que les autres. Il n’y a pas, comme chez les voisins Aury et Flamery, des salons de cinq cents couverts ; on n’y fait pas noces et festins ; mais, ce qui vaut mieux, on y boit et l’on y mange sous le plafond du bon Dieu, sous les arbres !
Il vous a une physionomie engageante au possible, ce cabaret des anciens jours ! Tables rustiques, un peu vermoulues, sur lesquelles pleurent de temps en temps les acacias qui les entourent, et que commencent à secouer les premières bises d’automne ; puis, accoudés sur ces vieilles tables, bruyants et joyeux, des beuveurs de tout âge et de tout sexe, ouvriers et ouvrières, soldats et soldates, vieux et jeunes couples, des invalides de la vie et des invalides du sentiment, des passés et des futurs, des existences ébauchées et des existences finies ! Les brocs se succèdent avec rapidité, les verres s’entrechoquent, les gibelottes s’engloutissent, les rires des vieux se mêlent aux pleurnichements des marmots, les jurons s’accouplent aux baisers, la santé trinque avec la sénilité, — et l’oubli descend sur toutes ces cervelles, un oubli de quelques heures.
Car ce n’est pas de la joie seulement qu’on vient chercher sous ces arbres, en face de ces pots de faïence et de ces verres à facettes grossières, — miniatures des tonneaux des Danaides ; on y vient chercher le repos de la fatigue des six jours de la semaine, l’oubli des misères de la mansarde et de l’atelier. Pour quelques groupes heureux, composés du père, de la mère et des « mioches », il y a là aussi, comme dans tous les cabarets du monde, des groupes d’ivrognes endiablés qui viennent noyer leurs soucis dans des flots de vin bleu. « Encore une minute d’attention, et tu vas voir la bestialité dans toute sa candeur, » — dit Méphistophélès à Faust, dans la scène de la taverne, quand les étudiants commencent à se griser. Encore quelques instants et quelques litres, et vous allez assister au naufrage de toutes ces pauvres raisons, déjà bien chancelantes ! Des querelles vont naître, sous n’importe quel prétexte ; la colère va monter, les injures et les coups vont s’échanger, — non pas dans le cabaret de la Mère Marie, mais sur le boulevard, dans la boue… Ainsi finira ce dimanche !
Malgré ces mauvais coucheurs, — c’est-à-dire, malgré ces mauvais buveurs qui sont destinés à mourir, un jour ou l’autre, d’une apoplexie de templier, — le cabaret de la Mère Marie est un des plus pittoresques et des plus vivants de la barrière. Il a une physionomie que n’ont pas les autres, et des habitués qui ne sont pas ceux des autres. Aussi les cabarets voisins le jalousent-ils. Il y a, à droite et à gauche, des concurrents qui essaient d’achalander leurs maisons avec des enseignes provocantes. L’un, c’est le cabaret du père Pierre. « Pour boire du bon vin, entrons chez lui. » Ainsi parle son enseigne. L’enseigne de l’autre n’est pas moins engageante : « Ici on assure contre la soif. » Tous deux prêchent dans le désert : la Mère Marie seule a ses convertis.
Hélas ! ce brave cabaret sera peut-être démoli un de ces quatre matins, — avec le mur d’enceinte.
Comme Flameng a bien fait de faire son portrait !

La Barrière des Deux Moulins par Alfred Delvau, 1865